Le sens de la fête

Texte écrit pour la soirée La fête (party hard) du Collectif RAMEN à la Librairie St-Jean-Baptiste le 28 avril dernier. En vérité, le texte a un peu été modifié après sa lecture.

LE SENS DE LA FÊTE

Connaissez-vous David Hener?
Moi je ne le connaissais pas
Sur Snapchat, c’est une vedette
C’est ce qu’on a dit dans le journal

Parce que lui, il sait faire la fête
Hashtag party hard

Une sorte de guerrier des partys
Un Achille version 2.0
Avec lui, boire devient épique

Si Sparte se battait aujourd’hui
C’est probablement dans un party
Que ses 300 voudraient mourir
Pas dans un champs de bataille

Le Viking moderne
Il ne meurt pas de coups d’épée
Mais plutôt à coups de shooters
Un Valhalla de cirrhoses du foie

Qu’il soit de cuisine ou sur la beach
Le party fascine
Comme si c’était là que résidait les derniers bouts de liberté

La légende se forge au nombre de pintes bues
de drogues essayées
de conquêtes consommées
et de nuits devenues blanches

Les héros modernes n’ont conquis aucun territoire
Ils sont mort à 27 ans
Dans leur bain et ben buzzé

Je viens d’une famille où l’alcool et la drogue étaient très présents
Être saoul mort, c’est pas nécessairement cool
J’ai vite compris que c’était pas comme dans Lendemain de veille

Avez-vous déjà parlé avec une personne saoule
alors que vous, vous êtes à jeun?
Avez-vous déjà dû renvoyer un collègue à la maison
parce qu’il était trop chaud?
Avez-vous déjà vu une personne
faire un overdose?
Ça peut être traumatisant.

La fête est un art que la majorité ne maîtrise pas.

Je me suis demandé, un jour, jusqu’à quel âge moi-même je ferais la fête.

Être tout le temps sur le party à 20 ans, c’est drôle
Être tout le temps sur le party à 40 ans, c’est triste

Foncer sur un champs de bataille
Fermer des bars soir après soir
Avoir une vie tellement intense
Ou fuir son existence?

J’ai peur de mourir, moi, maintenant
J’ai peur de mourir, seul, dans mon lit
Sans ses bras, sans son regard, sans son amour.

Parce que comme l’a chanté un groupe populaire
All you need is love
Love is all you need

Mais la fête n’est pas toujours dans le party

Sortir de sa zone de confort est une fête
Des enfants jouant et riant dans un parc est une fête
L’art est une fête

Embrasser la fille qu’on aime est une fête
Faire jouir la fille qu’on aime est une fête
Se faire chuchotter à l’oreille « je t’aime » est une fête.

Participer à un micro ouvert du Collectif RAMEN, aussi, est une fête.

Bonne fête Collectif RAMEN
Avec toi,
la poésie devient épique.
Avec ou sans Snapchat

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s