#AmourCaviardé – Cinquième acte: Le manque

Remise en contexte. J’ai alors 29 ans et je tombe en amour avec une demoiselle. Ça faisait des années que ça ne m’était pas arrivé. Cinq grosses années.

Au lieu d’avoir que des papillons, je me sens souvent mal. Après des mois de tensions émotives, je comprends que ma plus grande peur n’est pas qu’elle ne ressent rien en retour, mais qu’elle ait des sentiments. Ça me fait peur, parce que je ne saurais pas comment gérer ça. Je me rends compte que je ne suis pas sûr que ça me rendrait heureux. À partir de ce moment-là, je tombe au 57e sous-sol du bien-être. Je suis écrasé par ce constat: j’ai un fichu problème.

Je me suis mis à écrire, sur tout ce qui me passait par la tête. Mes sentiments, mes contradictions, mes hontes. J’ai gratté le bobo, j’ai tout sorti, même si c’était mal écrit, même si ça ne tenait pas debout. Il fallait que je sorte les idées pour comprendre mon problème. Je discutais avec moi-même. Je me confrontais à coups de mots dans un document OpenOffice.

Trois ans plus tard, je les ressort et souffle sur la poussière numérique pour les publier. Bien que depuis j’ai compris mon problème et que je l’ai affronté, bien que je ne suis plus du tout au même endroit et que j’ai été aimé et que j’ai aimé à nouveau, les rendre public me donne l’impression d’aller au bout du processus. Surtout, ça me permet de ne pas oublier les pièges que je suis capable de me tendre, sans m’en rendre compte.

Voici le cinquième texte.
Le premier, Vide est ici.
Le deuxième, Épuisé, est ici.
Le troisième, Solitude, est ici.
Le quatrième, Comme un flop, est ici.

Je tente aussi de dialoguer avec ce passé. Ils sont notés à la fin, avec des [numéros].

###

Le manque

J’ai envie de te prendre la main.
J’ai envie de te prendre dans mes bras.
J’ai envie de jouer dans tes cheveux.
J’ai envie de te regarder dormir.
J’ai envie de te caresser le dos.
J’ai envie d’admirer ta beauté. Sans me cacher.
J’ai envie de connaître ton jardin secret.

J’aimerais ça que tu me prennes la main.
J’aimerais ça être dans tes bras.
J’aimerais ça que tu aies envie de jouer dans mes cheveux.
J’aimerais ça que tu dormes collée sur moi.
J’aimerais ça que tu me caresses les bras, les épaules, le cou.
J’aimerais ça que tu me regardes avec tendresse.
J’aimerais ça que tu te couches sur moi pour écouter un film.
J’aimerais ça me réveiller et être accueilli par ton sourire.
J’aimerais ça que tu me comprennes d’un seul regard.

Pendant que certaines personnes sont en manque de cul, moi, je suis en manque d’amour. [1]

###

[1] Pas grand chose à ajouter. Je dirais que ça m’a été inspiré, à l’époque, par tous ceux et celles qui, autour de moi, se disaient en manque de sexe, mais qui flirtaient, qui avaient des relations ici et là. Certains et certaines amies me demandaient si ça ne me manquait pas, moi, le sexe, avec mon éternel célibat de l’époque. Oui, le sexe me manquait, mais rendu où j’étais, le manque d’affection et d’amour était pas mal plus criant et fort que le sexe en tant que tel. Le sexe pour le sexe n’aurait pas comblé ce vide-là.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s