Le poids du Nord

C’est maintenant une tradition, la firme Influence Communication a présenté en décembre son État de la nouvelle, version 2012, une analyse des «tendances dans l’actualité ainsi que l’ensemble des nouvelles qui ont été publiées ou diffusées au Québec entre le 1er janvier et le 17 décembre 2012».

Pour ceux qui ne le savent pas, je travaille à la quotidienne du matin pour la Première chaîne de Radio-Canada Côte-Nord. On a reçu Carolyne Roy d’Influence afin de discuter avec elle de l’année 2012. Puisque nous faisons une émission pour les Nord-Côtiers, nous l’avons questionnée sur des aspects qui nous touchent, comme les ressources naturelles, l’industrie minière et le Plan Nord.

Toute l’équipe a été stupéfaite d’apprendre que le Plan Nord ne se trouvait même pas dans les 50 sujets les plus couverts par les médias en 2012. Malgré les élections. Malgré les tournées du premier ministre sur le sujet. Malgré les sommets. Malgré les pressions autochtones et des régions touchées par le Plan Nord. Malgré le projet de loi sur les mines qui a été débattu.

On a été surpris parce que sur la Côte-Nord, le Plan Nord est régulièrement en manchette. Dans les hebdomadaires comme dans les bulletins de nouvelles et dans nos choix de sujets. J’ai fait un calcul très sommaire et le Plan Nord compose environ 7% de nos sujets, à l’émission. C’est énorme.

En 6 mois, nous en avons parlé une trentaine de fois. De la protection du territoire, des ministres qui l’appuient et de ses opposants, des investissements ou du manque d’investissements dans les infrastructures, des impacts socioéconomiques du boum minier qui accompagne le Plan Nord, sur le report de la mise en place d’un siège social, sur les changements du Parti Québécois au Plan Nord, etc. On l’analyse dans tous ses aspects, on suit ses moindres mouvements. Et non, nous n’étirons pas la sauce. Je veux dire, on ne fait pas du remplissage avec ça.

On savait déjà qu’il y avait une distance dans notre couverture et celle nationale. Par exemple, lorsque Raymond St-Pierre a donné son cours sur le Plan Nord, il y avait rien de neuf pour nous. Mais c’est normal, on vit dedans, c’est notre réalité.

Mais de là à ce que le sujet soit aussi peu présent? Un autre exemple de la montréalisation des médias.

Faut-il en conclure qu’il y a une forme d’échec du Plan Nord? Quel bilan doit-on dresser? Le Parti Québécois a longtemps martelé que c’était un plan marketing… Si tel était le cas, on pourrait être tenté de parler d’échec, puisque personne n’en a parlé.

D’ailleurs, aucune mention du Plan Nord dans les revues de l’année. Ni à Infoman, ni au Bye Bye. Ne dit-on pas que lorsqu’on ne vaut pas un rire, on ne vaut pas grand-chose?

Publicités

Une réflexion sur “Le poids du Nord

  1. Très surpris comme vous que le plan nord soit tombé dans l’oubli aussi rapidement. Faut dire qu’avec La commission Charbonneau, les étudiants et leurs casseroles, le côté plutôt froid de notre plan nord a peut-être manqué un peu de dynamisme aux yeux des médias nationaux. J’ai l’impression qu’ils s’intéressaient plus à Rambo qu’au plan nord comme tel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s