La monopolisation du crédit

Publié originalement le 22 avril 2011 sur labarbe.ca (qui n’existe plus).

En préparant un savoureux – du moins, il le sera sûrement – pâté chinois, question d’avoir des lunchs cette semaine, je suis tombé sur une partie de l’émission Le Verdict, cette fameuse émission où on fait vivre plein de sondeurs afin de poser des questions sur des vedettes. Je salue d’ailleurs ces gladiateurs du téléphone, j’ai déjà fait cet emploi un peu merdique dans ma jeunesse. Je connais votre réalité, sondeurs.

Ceci dit, après Guy Jodoin, c’était le tour de cette invitée que l’on ne nommait pas dans la publicité. Finalement, ce n’était pas parce qu’elle était coupée au montage ou parce qu’elle était plate qu’ils la nommaient pas, mais parce qu’elle n’est pas connue et qu’elle était là pour commenter les résultats d’un sondage sur l’endettement de la population.

Rien de nouveau dans le portrait: les gens sont trop endettés. Je ne suis pas mieux. À elle seule, ma dette d’études (merci collège privé!) défonce le 33% de mon revenu brut annuel, ce qui n’est normalement pas sain. Heureusement, mes deux seules dettes proviennent de mes études. Bon, je dois aussi de l’argent à quelqu’un qui m’a aidé à me payer un traitement médical et un portable, mais cette dette n’apparait pas à mon dossier de crédit…

Depuis que je demeure en région, j’ai ce dilemme: la carte de crédit. J’en ai déjà possédé une – durant mes études (décidément, le savoir coûte cher!) – et je l’ai cassée en deux après un an d’utilisation. Certes, ça dépanne, mais je n’aime pas ce principe. Le crédit, c’est censé être en dernier recours, pas une facilité à utiliser tout le temps. Bien entendu, avoir une carte de crédit n’oblige pas de l’utiliser tout le temps, on peut être responsable, et autre blablabla habituel. Ça se peut.

Reste que je suis contre ce principe. Mon dilemme depuis que je suis en région, c’est que plusieurs trucs dont je veux, je dois me les procurer par Internet, maintenant. À Québec, j’avais la chance d’avoir accès à tout, ou presque. Pas sur la Côte-Nord, je dois souvent faire des achats par Internet. Et c’est là, je trouve, que se démontre tout le pernicieux de la carte de crédit.

Vous rendez-vous compte comment on banalise le crédit, sur Internet? Acheter là-dessus est presque automatiquement et exclusivement par du crédit. Que tu aies besoin ou non de crédit, tu dois passer par celui-ci.

Il existe Paypal? Laissez-moi rire! Non seulement ce service n’est pas disponible sur une majorité de sites, mais sur la majorité qui le propose, les seules options demeurent que le crédit!

Moi, je rêve du jour où je pourrai acheter sur Internet sans passer par le crédit, directement par Interac. J’en rêve tellement que ce n’est pas la première je m’exprime là-dessus! Ce n’est pas normal devoir emprunter pour acheter un album en ligne, ou un livre, ou du linge et autres trucs assez simples – encore plus quand tu as l’argent dans ton compte! Je soupçonne réellement un gros travail de lobbying pour que ça demeure ainsi.

Si ce n’était pas d’Internet, je ne ressentirais jamais le besoin d’avoir une carte de crédit. Selon moi, il n’y a pas meilleure illustration qu’il y a un problème concernant l’achat en ligne et le crédit.

Qu’on ne se demande pas pourquoi les gens ont autant de cartes toutes remplies à ras bord! C’est trop facile, trop omniprésent, trop souvent la seule et unique option. Je répète, le crédit est supposé être un dernier recours, pas une option facilitante et encore moins un quasi-monopole.

Alors, voilà, moi, consommateur insignifiant devant la société où le crédit est roi, je refuse d’embarquer dans le cirque. Je décide de ne pas laisser tomber cette conviction et je résiste à la carte de crédit.

… du moins, j’essaie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s