Coup de grâce, jour 1: le diable était dans grange!

Il pleuvait sur la route. Il a plu tout le long — huit heures de route séparent Sept-Îles et St-Prime. Mais comme ça l’air qu’on n’est pas faite en chocolat, ceci n’arrête pas l’aventurier musical que je suis. Pis les paysages étaient beaux pareil — pour vrai, la 138 sur la Côte-Nord est magnifique, comme la 172, qui relie Tadoussac et Chicoutimi, parmi les plus belles routes du Québec.

Première impression: la fameuse Grange, c’est vrai qu’elle est vraiment cool. C’est pas un vieux bar qui se la joue cool en adoptant une couleur cowboy. Nanon, c’est une vraie grange. Vieille. Avec du gros et vieux bois. Et juste du bois. Rien d’autre. Fak, va-t’en pas fumer en dedans. Prends-le dehors, ton joint, l’ami! Pis c’est en plein coeur du village. Juste pour ça, St-Prime se démarque de plusieurs autres festivals.

La soirée d’hier soir a commencé avec Cargo Culte, un tout nouveau groupe, qui sortirait un premier album en février, et qui regroupe Alex McMahon à la batterie (oui oui, le claviériste, là), JF Lemieux à la basse et Séba à la voix. Notons que c’était leur baptême de scène.

Toute une charge. On pourrait faire plein de jeux de mots sur un cargo qui fait des grosses vagues. Les grooves sont franchement électro, avec une énergie bien rock. Et le flow unique à Séba par-dessus. Résultat? Une particulière bibitte hip hop. JF Lemieux nous sort des lignes à la fois sèches et précises (mais qui groove), assez dans ta face. Et ça a l’air à l’amuser en diâble.

Séba nous a pondu des textes toujours aussi cinglants, pointant du doigt notre société moderne, à coup de phrases et d’images ironiques et cyniques. Il était en grande forme, parfois théâtral, parfois rocker, parfois comme un vrai mc, souvent tout ça en même temps.

Une foule bien présente. Certains ont semblé apprécier pour vrai. D’autres semblaient attendre le prochain groupe… Pour ma part, j’ai bien hâte d’entendre ça sur disque.

Bernard Adamus a eu droit à un public déjà conquis. À moins que la foule ne connaissait les chansons par un pur hasard. Le public te chantait ça avec bonheur et avec alcool — donc pas toujours comme il faut, mais l’amour était là, ça oui!

Première fois que je voyais le Bernard depuis la sortie de No.2. Nouvelle formule, où il est accompagné d’une batterie et de trois cuivres (trompette, trombone et sousaphone). Parfois l’un lâchait son instrument pour aller faire des notes sur un clavier. Pis c’était vachement intéressant! Les nouveaux arrangements de certaines vieilles pièces étonnent mais charment!

Le seul bémol était le son. Ça ne semblait pas facile faire sonner tout ça dans les circonstances. Tous les instruments étaient un peu effacés. Le mix était mou, flou.

Il restait encore quelques prestations, dont les Dales Hawerchuk, Julien Sagot, Lisa Leblanc et Plants & Animals… Malheureusement, j’étais claqué. J’étais debout depuis presque 24h, la route et la semaine dans le corps… Je pensais pouvoir me reposer un 15 minutes et revenir à l’attaque, mais finalement, ça été la fin. Dommage, mais c’est la vie!

Ce soir, au menu, à St-Prime.Jimmy Target & The Triggers, Plaster, Mr Magnetix, Pierre Fortin, Mara Tremblay et Isabeau et les chercheurs d’or!

Pouvez me suivre sur Twitter… quand le réseau marche (pas fort et pas toujours), je tweete (chu tellement 2.0!). @GrosseBarbe.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s