OFF – FEQ: Duchess Says, toujours maître de leur royaume

Festival d'Été de Québec

Voilà, la glace est brisée, j’ai été voir mes premiers concerts du Festival d’Été de Québec, édition 2011. Pardonne-moi Festival OFF de Québec de ne pas avoir visiter tes lieux encore, même après deux soirs d’activités, mais je suis maintenant un vieux loup qui court une proie à la fois, plutôt que deux ou trois. Mais ce soir, je me reprends, promis, pour Clotaire Rapaille et Canailles.

Pour cette première soirée du FEQ, hier soir, c’est surtout Duchess Says qui a motivé mes mouvements. Les autres spectacles de la soirée, j’y suis allé parce qu’ils étaient à proximité des Duchesses. Si ça n’avait été du quartet, j’aurais peut-être été voir d’autres trucs qui m’intéressaient autant, sans être, eux aussi, des incontournables.

Wavves

Wavves

Je connaissais plus le groupe de réputation. Au début, j’ai bien apprécié leur gros rock aux tendances bien punk et aux influences à la fois californiennes et pixiesienne. La dégaine du bassiste me plaisait, l’énergie du drummer aussi. Juste assez dans ta face, juste assez gras. Sauf que…

Un moment donné, j’ai commencé à trouver que ça finissait par se ressembler. Un truc qu’on n’accepte parfois dans ce registre musical, mais il y a un autre truc qui a fini par m’agacer: le guitariste. Je n’aime pas comment il sonne. Sa voix a fini par me tanner, tout comme sa guitare, qui sont, tous les deux, dans des registres qui m’allument rarement. Si bien qu’après 45 minutes, je suis sorti de la salle. Un quart d’heure plus tard, leur prestation terminait. Ne restait plus qu’à patienter jusqu’à Duchess Says.

WavvesWavves

Duchess Says

Duchess Says

J’ai toujours eu un gros faible pour Duchess Says et sa leader, Annie-Claude Deschênes, véritable bête de scène, à la fois débile et rebelle, démone et sensuelle. Je ne les avais pas vus sur scène depuis trois ans et j’étais bien content de remédier à ce jeûne involontaire. Voir Duchess Says, ça fait du bien. Ça vient chercher ses instincts, l’animal en soi.

Dès le départ, on se retrouve en terrain connu: dissonance, chaos, bruits lugubres, puis une mélodie caverneuse et bien grasse se déchaîne en même temps que l’apparition de la chanteuse. Rapidement, elle se paie un bain de foule. Elle s’amusera beaucoup avec celle-ci, d’ailleurs, fidèle à ses habitudes. Elle marchera à quatre pattes avec eux, fera du bodysurfing, chantera dans le fond de salle au milieu du public tout en l’invitant à la rejoindre sur la scène ensuite.

Musicalement, le groupe n’a pas changé non plus. Toujours ce mariage minimaliste, mais grinçant et gras, de basse, de claviers et de batterie. Toujours dans ces eaux parfois troubles de l’électro-rock, voire électro-clash. Quelques nouvelles chansons, qui font espérer, peut-être un jour, un nouvel album. Ils ne sont pas retournés en studio depuis 2008 et les fans de la première heure savent combien l’attente a été longue pour ce premier disque complet (le premier EP était paru en 2005).

Duchess SaysDuchess Says

Duchess Says

Duchess Says

Miracle Fortress

Après une heure d’attente sur la rue St-Joseph, c’est-à-dire de la fin de Duchess Says au début du spectacle de Miracle Fortress à 23h45, Graham Van Pelt est embarqué sur la scène du Cercle.

J’ai bien fait de suivre mes instincts. Sur album, je ne n’accroche pas à tout ce que propose Miracle Fortress, mais je me doutais que sur scène les éléments qui me plaisent davantage allaient ressortir, devenir un peu plus catchy. Le résultat était noyé dans les claviers, avec une couche de guitare aérienne, le tout formant un électro que les années 80 n’auraient pas reniées. Si je ne suis pas resté jusqu’à la fin, ce n’est pas parce que ce n’était pas bon – même si ça ne sera pas dans mon palmarès, mais parce que mon corps jugeait que c’était assez pour la soirée. Je pense que l’heure d’attente avant le spectacle m’a enlevé beaucoup d’enthousiasme.

Ce soir
Ce soir, on sera principalement au OFF de Québec, je crois bien. Mais c’est une soirée déchirante. Pour voir l’un, je dois oublier l’autre. Et même en se consacrant qu’à un seul des deux festivals, on doit vivre ces conflits intérieurs. Tout peut changer, mais pour le moment, ça sera probablement Clotaire Rapaille: l’Opéra-rock, Canailles et peut-être Ben Harper. Laissant donc faire pour les Total Crap, An Horse, Who Are You et quelques autres.

OFF DE QUÉBEC

@ Sacrilège
Simon Paradis / 18h

@ Parvis St-Jean-Baptiste
Mauves / 20h30
Canailles / 21h30

@ Jardins St-Roch (Espace Télé-Québec)
Vernissage Morgan Bridge / 5 à 7
Jah & I / 18h
Pharaons / 19h
L’incroyable Cabaret Olibrius Folkestra Circus / 20h30

@ Méduse (Studio d’essai et Salle Multi)
Clotaire Rapaille: L’Opéra-rock / 20h
Total Crap / 21h
Dj FunkyFalz / 22h30
Black Taboo / 23h
Lunice / 0h00
Jordan Dare / 1h30

FESTIVAL D’ÉTÉ DE QUÉBEC

@ Plaines d’Abraham (Scène Bell)
Joseph Arthur / 19h15
Stephen Marley / 20h30
Ben Harper / 22h

@ Parc de la Francophonie (Scène Molson Dry)
Alex Nevsky / 19h30
Stefie Shock / 20h30
Grand Corps Malade / 21h45

@ Place D’Youville (Scène Loto-Québec
Rael da Rima & Vox Sambou / 12h00
Freshlyground / 17h30
Nomadic Massive / 19h30
Nortec Collective Presents: Bostich & Fussible / 21h30

@ Impérial
An Horse / 20h
Who Are You? / 20h50

Cut Copy / 22h

@ La Casbah
Lionel Young Band / 21h et 22h20

@ Largo
Karen Young et Éric Auclair / 20h30 et 22h30

@ Cercle
CLAASS, Ezekiel / 23h

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s