Une brute, ça n’aime pas les tomates farcies aux crevettes

– Je crois que vous dessinez, n’est-ce pas, M. Bergeron?

– Oh, plus beaucoup depuis quelques années.

– Mais vous vouliez, durant un moment de votre vie, aller étudier en bande dessinée ou dans un domaine où vous auriez pu dessiner, non?

– En effet, vous avez de bons recherchistes. J’ai été refusé à mon premier essai, au cégep, à une épreuve de dessins. Ce qui n’a pas aidé à mon égo, sur le coup. Et je me suis donc tourné vers la musique et les médias.

– Et qui étaient vos influences?

– Il y en avait plusieurs. Mais quelques noms surgissent avant les autres, dont Gotlib et Giraud (aussi connu sous le nom Moebius). Il y aussi Hermann, mais celui-ci me semble avoir un talent inaccessible.

Oh que oui, vous aurez compris que je reviens avec une autre chronique BD!

Black Op 1
Black Op – tome 1
Stephen Desberg, Hugues Labiano
Dargaud

Une histoire d’espionnage, où nous suivons de quelle façon la CIA a financé la mafia russe afin de faire tomber le régime communiste… et ensuite d’être pris avec cette mafia. Une histoire policière, certes, mais également politique qui m’a intrigué. Nous savons tous que les États-Unis ont financé plusieurs dictateurs, plusieurs mouvements douteux, simplement pour faire tomber des régimes (talibans? Hussein? Pinochet? Etc.?). Le scénario m’a donc attiré. Les auteurs proposent de suivre un agent de la CIA qui, dès son plus jeune âge, rêve de combattre les communistes (qui ont tué son père à la fin de la 2e guerre mondiale). On le retrouve dans les années 2000, semblant à la retraite, tomber sur une étrange histoire de mafia russe qui aurait trafiqué des élections en Floride afin de s’assurer qu’un républicain aurait le pouvoir (clin d’oeil à Bush?). On a des flashbacks, on en apprend un peu, mais pas beaucoup. À la fin de ma lecture, je me demandais si j’avais apprécié. Côté dessin, c’est honnête et efficace, mais sans plus. Je n’ai pas détesté, mais ai-je vraiment été intéressé? J’ai décidé de lire le second tome afin de me faire une meilleure idée. À suivre!

Croisade 1 - Simoun Dja
Croisade – Simoun Dja (tome 1)
Dufaux, Xavier
Lombard

Série d’action? Série historique? Série fantastique? Un peu de tout ça. Dufaux est un auteur que j’aime bien, il a pondu de bonnes bandes dessinées, mais parfois, je me demande s’il n’en fait pas trop, vu la faiblesse de certaines. Néanmoins, ce nom est assez crédible pour me faire essayer une série. On plonge dans les fameuses croisades, dans l’une des huit, en fait. Au début, on fait un très beau résumé des croisades, ce qui donne l’impression qu’on aura une série plutôt historique, mais axée sur tout le côté sadique qui se cache derrière ces batailles pour « Hierus Halem ». Illusions! Rapidement, les personnages croisent des fantômes, des personnes qui ne meurent jamais, des entités ayant un petit quelque chose de divin (ou de diabolique). Bref, le fantastique prend finalement le dessus… et ça m’a déçu! Toutefois, le dessin de Xavier est parfait pour le style et les couleurs sont magnifiques.

Lune de guerre
Lune de guerre
Van Hamme, Hermann
Aire Libre (Dupuis)

Mon coup de coeur de la semaine! Évidemment, vous aurez compris que l’on parle ici d’un de mes bédéistes préférés. Et le mot est faible, je suis un fan de Hermann. Et là il s’amuse à créer avec Van Hamme? L’homme derrière Le Grand pouvoir du Chninkel? de XIII? de Thorgal? des Maîtres de l’orge? Ça y’est! Je salive! En plus, l’histoire est hallucinante: au mariage de son fils, le père se fâche contre le chef, jugeant que les tomates farcies aux crevettes sont dégueulasses. Le père menace de quitter sans payer si l’auberge n’offre pas une autre entrée de rechange, ce que le chef refuse. Pire, ce dernier enferme la mariée dans une toilette et menace de la libérer que si le frustré de père accepte de payer avant de quitter l’établissement. Jusqu’ici, l’histoire est basée sur un fait divers véridique. Sauf que Van Hamme s’est amusé à imaginer ce qui se serait passé si l’un des deux n’avait pas cédé rendu à cette étape. Plus encore, que le fameux père du marié soit un des pires salauds de la région, digne d’un Mom Boucher. C’est la guerre en campagne. Grenades comprises! Une histoire délirante et totalement absurde mais qui tient la route, sans faille! Un bijou d’écriture appuyé avec beauté par les dessins de Hermann qui nous sort encore une fois des personnages plus vrais que nature, faisant ressortir toute l’absurdité de la situation. Il y a aussi un côté très cinématographique dans cette bande dessinée (et ça ferait un excellent film, probablement). Un coup de coeur, vraiment.

Zhong Guo
Zhong Guo
Yves H, Hermann
Aire Libre (Dupuis)

C’est presque une Sainte Trinité. On a d’un côté le légendaire Hermann (que j’ai canonisé deux fois déjà dans ce billet), on a son fils, Yves H., qui a démontré son talent de scénariste depuis plusieurs années déjà (d’ailleurs, le père et le fils ont souvent collaboré), puis nous avons la collection Aire Libre qui est l’une des plus intéressantes provenant du vieux monde. Le duo Hermann nous offre ici une histoire d’espionnage dans une Chine telle qu’elle pourrait être dans quelques années. Les hommes peuvent maintenant avoir des microprocesseurs implantés au cerveau et le clonage est devenu une routine. Entre le gouvernement américain, la CIA, les Triades, le gouvernement chinois et un obscur méta-obèse chinois, un agent secret ne sait plus réellement dans quel camp il joue. Pondre une histoire d’espionnage où se mêlent des clones qui ne se connaissent pas, des histoires parallèles et des énigmes, c’est toujours dangereux tellement le terrain est glissant. En général, on s’en sort bien, mais j’ai trouvé qu’au final, l’auteur semblait avoir volontairement omis des réponses et des facettes pour nous surprendre… sauf qu’on n’a jamais ces réponses. Le maître dessinateur nous offre encore un travail impeccable pouvant servir dans n’importe quel cours de bande dessinée, mais j’ai senti un certain pilotage automatique. Cela dit, comme on dit parfois pour Woody Allen, un Hermann moyen demeure néanmoins meilleur que la majorité des productions en bande dessinée.

Publicités

3 réflexions sur “Une brute, ça n’aime pas les tomates farcies aux crevettes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s