FEQ jour 7 & OFF jour 1: la soirée canadienne

Hier, j’ai dormi vraiment longtemps. Et en me levant, je me sentais sans énergie. Est-ce la fatigue du festival qui commence à se faire sentir? Fort probablement. Je me suis donné congé de Chéri j’arrive à la Ninkasi et je me suis dit que j’allais prendre ça tranquille en soirée, au Festival d’Été de Québec et au OFF. Finalement, j’ai quand même été voir quatre spectacles à quatre endroits différents. Une chance que je m’y suis pointé passé 20h30!

Cette décision a fait que je n’ai pas vu Camaromance. Celle-ci a bien failli renverser cette volonté de prendre un petit repos du guerrier, d’ailleurs. Ça sera pour une prochaine fois!

FEQ 2010 - Yat Kah

Je suis donc débarqué à la Place d’Youville autour de 20h45. Mon but était de voir ce que ça donnait, sur scène, Elisapie Isaac. Son disque et sa pièce jouée acoustique dans un café pour Voir (l’émission) ont piqué ma curiosité. Mais, surprise, la prestation avant elle n’était pas terminée. J’ai vu deux pièces environ de Yat-Kah. Très très sympathique (et très très inconnu pour moi).

Sa voix caverneuse pourrait presque rendre jaloux Tom Waits. En fait, on peut lire qu’il pratique le « khoomei, une technique de chant guttural ancestrale qui évoque la nature sauvage de ces régions. » Ces régions, elles sont en Asie, quelque part en Sibérie méridionale. Je ne dis pas que je m’achèterais un album, mais j’en aurais pris vraiment plus. Son chant était appuyé par des percussions dynamiques et lourdes ainsi que par une flute qui, durant quelques secondes, m’ont rappelé Jethro Tull.

FEQ 2010 - Elisapie Isaac

Après un changement de setup, Elisapie Isaac est arrivée acclamée par la foule, visiblement fan. Comme j’ai dit précédemment, j’étais curieux. Mais celle-ci s’est rapidement lassée. C’était déjà prévu que je ne restais pas plus que 30 minutes, mais mon départ n’a pas été déchirant du tout.

Lorsqu’elle chante dans la langue de ses ancêtres (pour ceux qui ne le savent pas, elle vient du Nunavik, pays québécois des Inuits), je trouve ça bien charmant. Sinon, ça manque de subtilité en prestation. Je m’attendais à plus de nuances, surtout avec une section cordes, des guitares et un clavier et José Major à la batterie. Finalement, ce qui ressortait sur la scène extérieure – et c’est peut-être l’explication – était assez formaté, à la limite RockDétente.

OFF 2010 - Sunny Duval

Mon festival OFF 2010 a par la suite commencé avec Sunny Duval venant présenter son tout nouvel album Sein noir, sein blanc. Je découvrais donc du même coup les nouvelles pièces du guitariste vedette des Breastfeeders. Des chansons plus rock’n’roll que Achigan qui était bien rock. Je sentais même de bonnes influences folk dans cette musique maintenant plus près de Bloodshot Bill que des Secrétaires Volantes.

L’Agitée était bien remplie et il y faisait une canicule à faire pâlir l’Enfer. Des filles dansaient devant la scène. Sunny se faisait aller sur la guitare (qui était très belle). Sur twitter, @quebecOff a mentionné «un pont de contre basse qui explose parce ce que c’est trop intense! » Malheureusement, j’étais parti à ce moment pour Born Ruffians au Cercle.

FEQ 2010 - Caribou

Mais voilà, en arrivant au Cercle, j’apprends que le spectacle de Born Ruffians est reporté d’une heure, étant donné Caribou tout juste à côté, à l’Impérial. Pas plus con qu’un autre, j’ai été voir si je pouvais y entrer. Avec surprise, la salle n’était vraiment pas pleine. J’ai donc environ les deux tiers de la prestation de Caribou et j’en suis excessivement content.

C’est jusqu’à maintenant mon spectacle du Festival d’Été de Québec. Celui qui m’a donné un buzz, celui où une magie s’est mélangée à une jouissance auditive. Et c’était très loin du Caribou que je connaissais sur disque. Avec tantôt deux batteries ou deux guitares, du clavier, une basse et des échantillons sonores, la musique de Caribou est devenue très organique, très rythmée, et s’approchait même, parfois, de la mince ligne qui sépare l’intensité et le trash.

Si je devais laisser parler que mon coeur, il dirait avec spontanéité: « un asti de bon show! »

FEQ 2010 - Born Ruffians

Puis la soirée s’est terminée comme prévu avec Born Ruffians qui est venu spécialement à Québec pour le FEQ, n’étant pas dans le cadre d’une tournée dans la province. Les petits gars d’Ontario ont donné une performance respectable. J’ai eu du plaisir et c’est ça qui compte le plus.

Je dois avouer que de la part de ce groupe, je m’attendais à plus de folie sur la scène et à une musique également un peu plus éclaté. Toutefois, j’ai savouré tout au long la très rythmée et mélodique basse de Mitch Derosier.

Petites observations inutiles. Je ne savais pas que la musique de Born Ruffians pouvait autant faire danser lascivement des filles. J’ai aussi été surpris de voir à quel point le chanteur, Luke Lalonde, a l’air d’un adolescent (physiquement).

///

Ce soir, une soirée complètement OFF pour moi. La Barbe vous suggère donc K.A.N.T.N.A.G.A.N.O. (ex-Fly Pan Am et Feu Thérèse), qui ouvre la soirée à Méduse à 21h et qui seront suivis par Elika (22h), Meta Gruau (23h) et Teen Anger (00h). Je suis personnellement très tenté par Crabe (21h30) et Nutsak (22h30) à l’Agitée. Sinon, la soirée du OFF s’ouvre avec Alex Nevsky (18h30) et Fanny Fay (17h30). Du côté du FEQ, la seule chose que j’ai le goût de vous proposer est Movèzerbe au Cercle, à 23h.

Photos de la soirée à venir. Trop de choses à faire et à voir!!!

Publicités

Une réflexion sur “FEQ jour 7 & OFF jour 1: la soirée canadienne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s