FEQ jour 3: des vampires lesbiennes et un koala

Hier, nous apprenions que le Festival d’Été de Québec avait, pour une première fois de son histoire, vendu tous ses macarons. Oui, tous. Les 150 000 laissez-passer ne sont maintenant plus orphelins. Ce qui a fait dire à Daniel Gélinas, son grand patron, que le FEQ était maintenant dans l’élite mondiale des festivals de la planète, avec Coachella en Californie, par exemple.*

Hasard ou non, c’était assez plein hier à l’Impérial et au Cercle. En fait, pour le Cercle, c’était crissement plein. Un peu trop. Je me demande même si cette dernière salle respectait sa capacité.

The Slew - FEQ 2010

Ma soirée a débuté vers 20h à l’Impérial pour The Slew, ce projet avec Kid Koala qui remixe des riffs de guitare très rock, très seventies et aux couleurs très blues. Le DJ était accompagné de trois autres musiciens, c’est-à-dire une deuxième personne sur des tables tournantes, une personne armée d’une basse et une autre derrière une batterie.

Dans une critique de disque, je félicitais ce beau mariage de la musique électronique et du rock de l’album 100%. Après cette prestation, j’en viens finalement à la même opinion que Bande à part: c’est davantage du rock. Du bon rock. Et quelques riffs de guitares familiers nous reviennent parfois dans les tympans.

L’électronique est tout de même dans les parages. La manière dont la musique est projetée est noyée dans une eau électro. Ne serait-ce que dans la dynamique de la batterie et dans le BPM. Le résultat est cependant bien rock. La majorité des groupes qui se retrouvent en nomination dans la catégorie rock de l’ADISQ ne sonnent pas autant que la moitié de The Slew. En rappel, le quatuor a même présenté une nouvelle pièce, qui se retrouvera sur un deuxième album aux dires de Kid Koala, aux sonorités très stone rock: pesant et psychédélique.

Dance Laury Dance - FEQ 2010

Je ne suis pas resté à l’Impérial pour The Heavy qui ne me tentait pas du tout. J’ai été patienter dans un café le temps que Dance Laury Dance envahisse la scène du Cercle. Du gros rock sale, que ce groupe de Québec. Les interventions du chanteur Maxime Lemire sont tellement clichées que ça en devient divertissant: des pénis de 14 pouces ici, des incitations à boire à s’en faire éclater le foie là, des hommages aux vampires lesbiennes, tout est y était.

Je félicite ce groupe de ne pas faire de ballade. Ça n’a pas sa place dans le rock, surtout quand on le fait poilu comme eux. Merci les gars. Les musiciens sont vêtus de cuir et débordent d’attitude. La foule en redemande. J’avoue avoir été agréablement surpris. Le tout n’a évidemment rien, mais alors là, rien du tout de nouveau dans le monde du rock, mais c’est diablement bien fait et très efficace. Parfois, on a besoin de revenir à la bête – sauvage ou non – en nous.

Selon les gens du Cercle, 450 personnes remplissaient la salle, du mur du fond à son cadre de porte. Même après près d’une heure, une file patientait encore à l’extérieur. Les gens rentraient au compte-goutte, ou plutôt au rythme où les autres sortaient. Un peu débile.

///

Ce soir, La Barbe vous suggère une soirée au Parc de la Francophonie, aussi connu comme le Pigeonnier. Une soirée pour le hypster en vous: Think About Life (19h), Phantogram (20h15) et Passion Pit (21h45). Il y aussi Yann Perreau à 18h30 à la Place d’Youville et finalement Woodhands et Slipmat au Cercle, à 23h.

Voici quelques photos de Dance Laury Dance.

Dance Laury Dance
Dance Laury Dance - FEQ 2010 Dance Laury Dance - FEQ 2010

Dance Laury Dance - FEQ 2010 Dance Laury Dance - FEQ 2010

Dance Laury Dance - FEQ 2010 Dance Laury Dance - FEQ 2010

Dance Laury Dance - FEQ 2010 Dance Laury Dance - FEQ 2010

Dance Laury Dance - FEQ 2010 Dance Laury Dance - FEQ 2010

Dance Laury Dance - FEQ 2010 Dance Laury Dance - FEQ 2010

Dance Laury Dance - FEQ 2010 Dance Laury Dance - FEQ 2010

Dance Laury Dance - FEQ 2010 Dance Laury Dance - FEQ 2010

Dance Laury Dance - FEQ 2010

///

* Concernant les macarons et les gens qui voudraient aller voir des spectacles mais qui n’en ont pas, il y a une solution pour certains spectacles. Le FEQ offrira des laissez-passer quotidiens pour certains spectacles, comme Roger Hudson, Arcade Fire, Gilles Vigneault et Billy Talent. Il faut oublier ça pour Santana, Rush, Black Eyed Peas et Rammstein. Ce qui me concerne donc peu en général, et vous aussi, je le souhaite.

Publicités

3 réflexions sur “FEQ jour 3: des vampires lesbiennes et un koala

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s