Le parcours du dilemme: quoi voir au FEQ et au OFF

Il y a des choses plus difficiles que d’autres dans la vie: se licher le coude, dire non à une fille, écouter le Banquier, être constiper, écouter du Jennifer Lopez, survivre à un Terminator ou ne pas avoir de Sans statut durant une semaine.

Parmi ces défis de la vie, il y a songer à son parcours durant les gros festivals comme le Festival d’Été de Québec. Même que l’insurmontable se double depuis sept ans: il faut aussi jongler avec le festival OFF de Québec.

On se fait esquisses, mais finalement, en cours de chemin, l’instinct du guerrier, la fatigue, les amis, les sautes d’humeur, l’horoscope ou le simple alignement des planètes peuvent tous changer notre dessein sur lequel on aura pourtant réfléchi et tenter de mettre une logique.

Voici quand même, en ce 26 juin de l’an 2010 après Chris’, ce qui pourrait mériter ma présence au Festival d’Été de Québec et au OFF de Québec.

The Slew

Le gros festival débute le 8 juillet. Sans aucun doute, je me dirige à l’Impérial pour y voir Holy Fuck (21h30). Certains salivent en pensant à Iron Maiden, moi c’est en songeant à ce groupe chouchou de Stephen Harper. J’en veux partout dans mes oreilles. Je suis moins attiré par Naive New Beaters qui ouvre la soirée (20h), mais je vais quand même y aller avec ma curiosité. Il y a Poirier au Cercle (23h) ensuite, mais n’étant pas un danseur, ma présence est encore à vérifier. Content de voir que le DJ est mieux booké que les autres années.

Le 9 juillet risque d’être plus tranquille. Je vais sûrement aller profiter du programme Courts métrages 1, au Conservatoire d’art dramatique de Québec (19h). Je suis terriblement en manque de courts. Je pourrai surement, par la suite, arriver à temps pour Andrew Bird à l’Impérial (21h30). Il y a une intéressante soirée de DJs (Cooly G, Bowly Sharivari et Millimetrik) au Cercle, encore, en fin de soirée (23h), mais encore une fois… il faudra que je sonde l’inexistant danseur en moi pour décider si je ferai acte de présence ou non.

The Slew

Pour le samedi 10 juillet, je me garroche sans aucun doute à l’Impérial pour The Slew (Kid Koala avec P-Love et avec Chris Ross (claviers, basse) et Myles Heskett (batterie) – anciens de Wolfmother) à 20h. Miam miam au cube. Je vais quitter par la suite ne voulant pas revoir The Heavy. Soixante-dix minutes qui combleront amplement, je le sens, ma soirée. Je vais tout de même aller décrotter mes oreilles avec le gros rock de Dance Laury Dance au Cercle (23h).

Think About Life

Le dimanche sera festif et hype. Si si. Il y a Passion Pit au Parc de la Francophonie (21h30), précédé par Phantogram (20h) et Think About Life (19h). Je trouve ça tôt pour nos amis Montréalais. Personnellement, j’aurais inversé avec Phantogram, mais au moins ils sont là. Ça m’aurait permis d’aller voir Yann Perreau à la Place d’Youville (18h30), en tout cas. J’aurais aussi été curieux de voir ce que ça donne Caravane Palace, live (21h30, Place d’Youville). Leur jazz-manouche est très sucré, mais ça m’intrigue quand même. Je risque de pousser la hype jusqu’au bout en allant voir Woodhands au Cercle (23h) qui sera suivi du aussi efficace que sympathique DJ Slipmat.

Oui, c’est bel et bien le 12 juillet qu’Arcade Fire s’arrête ENFIN à Québec (21h30). Sauf que, bordel (!), c’est sur les Plaines. Je déteste les spectacles sur les Plaines: zéro ambiance, même collé sur la scène, tu es encore loin. Ça tue. Je verrai si j’affronte ça ou non. J’ai le choix, sinon, entre Charlie Winston à la Place d’Youville (21h30) et Monogrenade au Cercle (23h).

Le fameux mardi 13 juillet pourrait me faire revoir Damien Robitaille sur scène, après une disette de trop de mois (FME de 2007 ou 2008 la dernière fois?). Il est au Parc de la Francophonie à 20h15. Il y a aussi The Besnard Lakes au Cercle (23h). Je le dis pour les intéressés, il y a la soirée Hip Hop à l’Impérial à 21h, avec « Lion G et L’Mc Râr, Sozi, Accrophone, Dramatik (Muzion) et Sat L’Artificier (Fonky Family, Marseille) » et Webster à l’animation. Peut-être aussi irai-je aux Courts métrages, programme 2 (19h).

Sunny Duval

Voilà que le 14, ça commence à se corser pour le FEQ, car le petit mais délicieux OFF de Québec débarque! À 18h, on a Tonstartssbandht et Run DMT au Sacrilège et Camaromance au Fou Bar, les deux à 18h (OFF). Déjà, dilemme. Ce n’est pas plus facile à choisir ensuite avec Sunny Duval et I Say Run à l’Agitée (21h, OFF) et Caribou à l’Impérial (21h30, FEQ). La soirée risque de se terminer avec Born Ruffians au Cercle (23h, FEQ).

Malgré que j’aime Rush, je n’irai pas les voir sur les Plaines (19h45, FEQ). On a Alex Nevsky et Fanny Fay au Sacrilège (18h, OFF) ainsi que Nutsak et Crabe à l’Agitée (21h, OFF) qui me tentent plus. Puis à 22h, c’est le début de la soirée à Méduse avec Elika, Meta Gruau, Teen Anger et Nouvel Orchestre d’aujourd’hui (OFF) et ce dernier projet m’intéresse au plus haut point. Ce sera donc une soirée 100% OFF.

Fred Fortin

Le dilemme revient le 16 juillet… Il y a Fred Fortin à l’Impérial à 21h (FEQ), suivi des Breastfeeders (22h30). Les deuxièmes, je les ai vus tant de fois que je pourrais sauter, mais c’est plus dur pour le bleuet. Sauf qu’évidemment, le OFF a placé des trucs tous aussi intéressants en même temps, comme Urbain Desbois et Jérémi Mourand aux Jardins St-Roch et dont les probabilités qu’ils soient en même temps sont élevées. Pire encore, le même OFF a mis du free jazz au parvis de l’église St-Jean-Baptiste avec Colin Stetson et Franco Proietti, sans parler de Sean Nicholas Savage, Waving Hand, Glassburns au même endroit. Au moins, le choix est plus facile pour Monkey King, Mathématique, Camdes, GOBBLEGOBBLE, Noia, Pom Pom War, PyPy à Méduse (23h, OFF). Ils veulent ma mort.

Bernard Adamus

Bernard Adamus est salement mal placé par le FEQ, le samedi 17 juillet, en étant à 15h30 à la Place D’Youville, sauf que ça me facilite le choix. La compétition est moins rude. Ce sera plus dur en soirée, avec Alligator Trio aux Jardins St-Roch (OFF) et NSD au parvis St-Jean-Baptiste (OFF). Bien que j’aime Radio Radio, je vais leur laisser le public M+ à l’Impérial (22h15, FEQ), notons qu’ils sont suivis par Le Matos (23h55). Je pourrais être tenté d’aller voir Random Recipe au Cercle (23h, FEQ) et ensuite aller à Méduse pour T-Bone, Cop Car Bonfire, Maxime Robin, Pop Winds, Suckers, Hidden Words, ONRA, et Saüs (23h, OFF).

Karkwa

Pour la dernière soirée, le 18 juillet, elle sera facile à choisir, il ne reste que le FEQ et je choisis le programme du Parc de la Francophonie avec Land of Talk (19h15), Elvis Perkins (20h20) et Karkwa (21h30), que je n’ai pas vu depuis le 14 février 2009 (à Fermont!!), probablement mon plus grand jeûne de la troupe.

///

Mon souhait est, même si cela ne parait pas, de prendre ça plus tranquille cette année. Avec ma récente entorse lombaire, je ne veux pas achever mon dos à nouveau. En voir donc un peu moins qu’à l’habitude, mais choisir avec soin. Le fait que je vois très peu de spectacles de mon goût à Fermont risque aussi d’influencer mes choix, puisque les opportunités de voir certains artistes à d’autres occasions, en temps normal si j’étais encore à Québec, n’existent plus. Et ça pèse dans la balance, ça!

Références: infofestival.com et quebecoff.org. Ainsi que mon billet sur le OFF et lui sur le FEQ 2010.

Pour ceux qui n’aiment pas Guillaume Lemay-Thivierge pour la St-Jean

Zéphyr Artillerie

Malgré les milliers de milliers de personnes qui se pointent sur les Plaines d’Abraham lors des célébrations de la St-Jean-Baptiste du 23 juin à Québec, nous savons pertinemment que sa programmation ne plait pas à tous et je soupçonne plusieurs Québécois (dans le sens de citoyen de Québec) de saliver devant l’Autre St-Jean de Pierre Thibault.

Peut-être qu’Envol & Macadam saura séduire ce public se sentant délaisser par ces mêmes chansons répétées annuellement introduites avec un Guillaume Lemay-Thivierge constamment essoufflé – s’il courait et sautait moins partout, il aurait peut-être du souffle pour parler, une proposition de même.

Je me permets donc encore un peu de paresse pour présenter ce projet ayant lieu pas très loin de Guillaume « Hyunday » Lemay-Thivierge, le 23 juin au soir.

Le 23 juin prochain, Envol et Macadam présentera son Party clandestin de la Saint-Jean près de la tour Martello sur les Plaines d’Abraham (derrière le Loews Hôtel Le Concorde). Dès 21 h 00 et jusqu’aux premières lueurs, trois plateformes situées sur le site accueilleront certains des groupes les plus en vue de Québec dans une programmation diversifiée. L’accès au site est gratuit et ouvert à tous.

Scène Camion :
Colombier à 21 : 30
Karim Ouellet à 22 : 30
Koriass à 23 : 30
Webster à 24 : 15
Taktika à 01 : 15
Alaclair ensemble à 02 : 30
Karma Atchykah à 03 : 30

Scène Chapiteau :
A Step Forward à 21 : 30
Charlie Foxtrot à 22 : 15
Never More Than Less à 23 : 00
Black Taboo à 23 : 45
Mute à 01 : 00
Dance Laury Dance à 02 : 00
Casabon à 02 : 45
Zéphyr Artillerie à 03 : 30

Scène Tour Martello :
Projection des VJs Fokus sur la tour
Dès 21 : 00 : !Viva la Dance!, Mashup Potatos, Les Darons

Je n’ai aucun doute que ces prestations près de la Tour Mortello ne dérangeront pas la grosse installation derrière feu (c’est le cas de le dire) le Manège militaire, mais je me demande si le haut décibel de ce dernier ne dérangera pas le site de ce Party clandestin. Comme pour toute bonne activité organisée en 2010, malheureusement, il y a une page Facebook pour les intéressés.

Notons que pour la fête officielle, c’est Xavier Caféine, Isabelle Boulay, Lynda Thalie, Luc De Larochellière, Vincent Vallière, Marie-Christine DePestre (c’est qui elle?), Annie Villeneuve et Samian. Ils seront tous suivis par les Cowboys Fringants qui assumeront la partie nocturne qui débute après minuit.

Nouveau petit festival francophone à Québec

Paul Cargnello

Décidément, il y a en a qui veulent que Québec devienne la Vieille Capitale Culturelle. Un autre festival de musique pourrait s’ajouter à une très belle liste d’évènements annuels (OFF, FEQ, Envol&Macadam, International Folk, Antenne-A, Festival de Jazz, …), sans parler des autres disciplines artistiques (Grand Rire, Carrefour de théâtre, Vitesse Lumière, …).

Je me donne le droit d’être paresseux et je vous copie-colle le communiqué.

Les productions Lezarder (France-Québec) en étroite collaboration avec Art dans la ville (Québec) présentent la première édition du festival franco-québécois LEZARD EN SCÈNE. C’est 7 formations musicales d’ici et de la France qui se produiront sur la scène de La Ninkasi les 17 et 18 juin.

Ces prestations d’artistes franco-québécois se déroulent sur deux jours. Le jeudi 17 juin sera présent sur la scène de La Ninkasi : Sébastien Gallay (Paris, France), Shampoing (Québec, Québec) et The Banjo Consortium (Sherbrooke, Québec). Le vendredi 18 juin, nous aurons droit aux performances de La Bestiole (Paris, France), Jeanphilip (Québec, Québec) et Paul Cargnello (Montréal, Québec).

L’objectif principal du nouvel événement est d’assurer la promotion de la relève musicale du Québec et de la France. Ainsi, en créant des collaborations entre les deux continents, Lezard en scène offre une vitrine, ainsi qu’une visibilité, à des groupes québécois et français en pleines effervescences sur les deux continents. L’auteur-compositeur-interprète anglo-montréalais Paul Cargnello agira à titre de porte-parole pour cette première édition.

Le festival a l’intention de devenir un événement récurrent de promotion des artistes émergents et des groupes de la francophonie en développement. Grâce à ce festival, Lezard en scène souhaite faire connaître et reconnaître les artistes indépendants auprès des médias et des professionnels de la musique afin de leur offrir une plus grande visibilité et l’occasion de diffuser leurs créations à un large public.

À la Ninkasi du Faubourg, 811 rue Saint-Jean, les 17 et 18 juin 2010 dès 21 h 30.

5 $ à la porte

Le rendez-vous est lancé!

Pas de macaron, pas de chaise pliante: juste du OFF et 50 shows gratuits

OFF de Québec 2010

Il y a quelques jours, une dizaine environ, une personne à l’interne du OFF de Québec m’envoyait la programmation du fameux festival.

Je suis particulièrement attaché à ce festival: j’ai déjà fait partie de son conseil d’administration.

Donc, je reçois la programmation avec deux messages contradictoires. D’un côté, une personne à l’interne prône le bouche à oreille et la divulgation immédiate, mais les documents marquent un embargo jusqu’au 15 juin. J’étais donc déchiré: j’écoute l’embargo ou la personne qui prône la publication immédiate?

Étant donné qu’en ce moment nous sommes techniquement le 15 juin, je me permets de dévoiler ce que j’ai entre les mains. De toute façon, la plupart des gens liront ceci après que la conférence de presse aura eu lieu, vu l’heure tardive où je publierai le tout. (Mise à jour: au moment de publier ceci, je croyais que la conférence était 11h30 et non 17h30…)

Toutefois, je rappelle que le calendrier entre mes mains date du 4 juin. Peut-être que depuis il y a eu des modifications, des ajouts ou des retraits. Je vous reviendrai avec ces changements, s’il y a lieu, évidemment.

Alors roulement de tambours…

Le OFF se déploie cette année les 14, 15, 16 et 17 juillet. Les lieux sont sensiblement les mêmes, avec quelques changements. Le parvis de l’église St-Jean-Baptiste, entre les rues St-Jean et D’Aiguillon est encore là, tout comme le Sacrilège et le Fou Bar sur St-Jean et l’Agitée sur Dorchester, dans St-Roch. On y ajoute aussi le parvis des Jardins St-Roch (au coin de Couronne et Charest, en face du Soleil) et le Complexe Méduse (salle multi)… puis L’Octobre que je ne connais pas et qui aurait ouvert depuis mon départ de Québec il y a un an et demi…

Les noms. Vous voulez des noms, hein? D’accord, d’accord.

MERCREDI 14 JUILLET 2010

18h @Sacrilège
TONSTARTSSBANDHT, Run DMT
Pour le premier, on dit que c’est « l’un des groupes les plus bizarroïdes que la scène musicale montréalaise ait produit depuis belle lurette. Duo montréalais flirtant avec les limites de l’aliénation mentale […] le duo guitare/batterie offre un saccage musical paranormal et étonnement mélodique. » Intéressant, non?

18h @Fou Bar
Camaromance, Ariane and the Kittykats
Camaromance, personnalité bien connue de la scène locale, ayant oeuvré un bon bout à la SOPREF. Ses chansons sont à la fois douces et charmantes… et l’ambiance du Fou Bar offre une magique intimité (discussion entre BangBang et l’artiste ici). Tandis que « Ariane Castonguay distille une pop teintée parfois d’électro, parfois de folk, avec une orchestration à la fois recherchée et minimale. »

Camaromance

21h @ L’Agitée
Sunny Duval, I Say Run!
Le guitariste soliste des Breastfeeders (et tavernier royal) n’a plus besoin de présentation. Il viendra assurément présenter son nouvel album solo. Assurément une tête d’affiche. Faudra sûrement arriver tôt. I Say Run! regroupe des membres des Secrétaires Volantes et Burger Boys… a-t-on besoin de dire rock garage?

Sunny Duval

JEUDI 15 JUILLET 2010

18h @ Fou Bar
Alex Nevsky, Fanny Fay
Le premier a fait plus que bonne figure aux dernières Francouvertes, s’est fait signé par Audiogram et vient de lancer son premier vidéoclip. Il émerge pour vrai. Fanny Fay propose des pièces assez chanson française et assez burlesque à la fois. Il paraît que Jane Ehrhardt traîne autour.

21h @ L’Agitée
Nutsak, Crabe
« Nutsak est un autre fruit de l’imaginaire disjoncté de Sam Shalabi (Land of Kush, Shalabi Effect) et de Chris Burns (Crackpot, GlassBurns, etc.). Tonitruant amalgame des genres, le quatuor montréalais orchestre ses compositions à partir du blues, du punk, du jazz, du klezmer, du noise, du funk et du rock pour en faire des partitions aussi survoltées que cohérentes. » Tandis que Crabe est un « duo guitare/batterie montréalais [qui nous] fera subir des excès de décibels avec son punk/rock aux tendances math. » Lire une entrevue de Kristof G ici, sur BangBang.

22h @ Méduse
Soirée Chat Blanc avec Elika, Meta Gruau, Teen Anger et Nouvel Orchestre d’aujourd’hui
Elika vient de Brooklyn et propose une électro/pop; Meta Gruau commence à bien se faire connaitre (et entendre!); Teen Anger offre un punk assez old school et le Nouvel Orchestre semble particulier. C’est le renouveau de l’ex Consort Contemporain de Québec avec encore Nicolas Jobin à la tête… et ils ont produits des sons qu’ils ont envoyés à des artistes pour qu’ils les retravaillent et créent une chanson qui seront par la suite reproduite live par l’orchestre. Ça a l’air juste assez pété pour me donner le goût de voir ça. J’ai encore un excellent souvenir de leur récupération de Zappa, à l’époque du CCQ.

VENDREDI 16 JUILLET 2010

14h à 22h @ Jardins St-Roch
Philémon chante, Le Couleur, Cabaret de l’Ange Vagabond, Jérémi Mourand Grosse Bande
Le premier roule sa bosse depuis plusieurs années (je me souviens l’avoir interviewé il y a au moins 4 ans) et vient de lancer son premier album, les deuxièmes sont assez pop, le Cabaret propose Urbain Desbois et Eve Cournoyer et ça se termine avec l’adorable mais parfois brouillon (mais on aime ainsi) Jérémi Mourand. Sa chanson Le mal nécessaire a quand même inspiré le nom de mon émission à CFMF. J’adore son rock crotté.

Jérémi Mourand

16h à 23h @ Parvis église St-Jean-Baptiste
Sean Nicholas Savage, Waving Hand, Glassburns, Colin Stetson, Franco Proietti
Savage offre un folk que certain compare à Bonnie Prince Billy, Waving Hand est tout frais avec un EP sorti en 2010, Glassburn est présenté comme du jazz expérimental (je ne connais pas du tout), Stetson offre un free jazz et a joué avec Bell Orchestre, Arcade Fire, Bon Iver et autres trucs bien réputés dans la scène « indie », puis Proietti est un ex-membre de Kobayashi… juste ça me donne le goût de le voir (on demeure dans la large famille du jazz, mais plus vers le nu-jazz ici).

21h @ L’Agitée
Red Mass, Grand Trine
Mentionner que Red Mass « comprend des membres de Black Feelings, Chocolat et Demon’s Claws » dit tout. Grand Trine provient « de la scène « weird punk » de Montréal. »

22h @ L’Octobre
The Agonist, Catalyst
Besoin de dire que c’est une soirée qui va bucher? Oui, c’est bel et bien la soirée métal du OFF.

23h @ Méduse
Monkey King, Mathématique, Camdes, GOBBLEGOBBLE, Noia, Pom Pom War, PyPy
Le premier offre de l’expérimentale « délirante », la seconde cartonne à Québec depuis un an avec son 8-bit, GOBBLEGOBBLE porte la « courte » étiquette « électro/pop/rock/8-bit fracturé-fracassant-fantasmagorique », Noia propose un 8-bit fait avec un « Gameboy, une batterie et une basse », Pom Pom War se fait comparer à Duchess Says (lire entrevue BangBang ici) et le dernier, PyPy, comporte, tiens donc, des membres de Duchess Says, justement.

Pom Pom War

SAMEDI 16 JUILLET 2010

14h à 22h @ Jardins St-Roch
Melogramme, Colombier, JF King, Alligator Trio, Charlie Foxtrot
Melogramme a présenté son premier album le 19 mai dernier et s’amuse à jouer avec les genres, Colombier est le nouveau projet de Guillaume Sirois (CEA), mais en version rock francophone, Alligator Trio est l’un des meilleurs groupes de rock-blues-garage de la Capitale, Foxtrot est carrément punk rock.

16h à 23h @ Parvis église St-Jean-Baptiste
Filon d’art, DSTR, Word Up Battle, K6A, NSD, Manu Militari
Soirée assez rap: mention que c’est la première fois que le Word Up Battle se déplace à Québec (combat de MCs), NSD semble en feu avec ce retour sur scène si on se fit à ce billet de La Pimbêche.

Manu Militari

18h @ Sacrilège
Haitian Voodoo Theory
… Je ne connais pas et je n’ai pas d’information…

21h @ L’Agitée
Whales, D/A A/D, Kathleen Kelly
Kelly est assez folk, mais je n’ai pas d’informations, encore une fois, sur les deux autres.
Grosse soirée de noise, ici, les amis (il me semblait bien aussi). Voir les détails dans le commentaire de Soophie Bernier, directrice de la programmation du festival, un peu plus bas.

22h @ Méduse
T-Bone, Cop Car Bonfire, Maxime Robin, Pop Winds, Suckers, Unicorns Hidden Words, ONRA… et Saüs (mise à jour)
Soirée aux allures éclectiques. Le premier n’est sûrement pas le « Christian rap » de L.A.; le deuxième est expérimental; le troisième est le beatmaker de Québec et son délicieux hip hop instrumental (et qui ne plait pas aux gens de Fermont), son récent projet live est du mix d’audiovisuel… live, épatant est le mot; le quatrième est pour les hypsters (c’est le OFF qui le dit) et se fait comparer à Animal Collective; le cinquième est une pop sophistiquée qui plaira aussi aux hypsters (là c’est moi qui le dis); le sixième… pas besoin de présenter ce groupe bien pop et bien éclaté également (mais je me demande si je suis en retard dans les nouvelles: ça revit?)**; et pour le dernier, le OFF mentionne « dancefloor intellectualisé », à vous d’en juger. Pour Saüs, ça regroupe Mingo l’indien des Georges et Call Me Poupée… ouah!**

Suckers

///

Voilà qui fait le tour les amis. Je ne sais pas pour vous, mais moi ça me donne le goût de passer quelques jours à Québec et de profiter de cette belle programmation. Bravo à toute l’équipe.

Parce que le OFF, c’est « pas de macaron, pas de chaise pliante, 50 shows gratuits. »

Probablement plus de détails, encore, lorsque la conférence sera faite, au quebecoff.org.

** Finalement, c’est un nouveau projet de deux gars du trio qui «remontent sur scène ensemble pour la première fois depuis l’éclatement du groupe, et présentent du nouveau stock sous le nom de Hidden Words.» Encore une fois, voir détail dans le commentaire de Sophie Bernier. Idem pour Saüs.

MusiquePlus influence mon opinion

Je me suis rendu compte d’une drôle de chose il y a quelques jours. Un truc qui m’a laissé songeur.

Je me suis aperçu que MusiquePlus était une source de préjugés, pour ma petite tête. J’explique.

Avec une amie, j’ai redémarré une vieille coutume que j’avais gamin. Quand j’étais jeune, j’échangeais des cassettes avec quelques amis. Ces cassettes qu’on enregistrait en écoutant la radio, en espérant que l’animateur ne parle pas trop longtemps par-dessus la chanson. On se les échangeait et on découvrait des artistes ou des chansons. C’était cool.

Aujourd’hui, on est plus moderne. On utilise une plateforme informatique et on n’a plus à attendre que la chanson passe à la radio. Super plaisant. On se fait découvrir plein d’affaires.

Ça fait donc quelques fois que parmi ses affaires se trouvent quelques pièces d’un artiste sur lequel j’avais des préjugés.

Disons un artiste X que j’aurais « découvert » via un clip à MusiquePlus. Sans trouver ça mauvais, dans ma tête, j’avais fait un étrange et insidieux raccourci que si ça jouait à MusiquePlus, avec une pièce assez bonbon en plus, alors ça ne valait pas la peine de fouiller à en connaître plus.

Puis la dite amie m’en a refilé. J’ai levé un sourcil et je l’ai intégré à ma discothèque. Un random plus tard a fait le travail: j’étais en train de taper du pied sur l’artiste X.

Le raccourci est ici facile et moins vicieux: j’ai peut-être un préjugé envers MusiquePlus.

C’est tout de même étrange comme préjugé car je connais quelques bons groupes qui jouent parfois sur la station du vidéoclip – et de la téléréalité traduite. C’est sûr qu’il y a aussi beaucoup de bons groupes que j’aime qui n’y jouent pas, en majorité, mais…

Dans mes cours de moral, que j’ai eu du début du primaire à la fin du secondaire, j’ai bien appris que les préjugés, c’était mal. Donc j’ai honte.