Le retour du plaisir coupable

Lorsque j’ai commencé à m’initier aux Internets, j’avais 16 ans et je venais de terminer mon secondaire. Ma royale barbe faisait ses premières armes et se résumait qu’à un mini tas de poils au menton. Ça ne poussait pas vraiment encore ailleurs.

À cette époque, quelques mois avant le fameux bogue de l’an 2000, j’avais un courriel chez Caramail, je découvrais donc ICQ, le clavardage sur infiniT (l’ancêtre de canoë, en quelque sorte), comment faire des sites web et, bien entendu, le téléchargement de musique.

Pour le mélomane gourmand que j’étais, c’était la 8e merveille du monde. Avoir accès à une tonne de musique en quelques clics… et quelques heures de chargement à 56k: wow! Gandalf pouvait aller se rhabiller! Napster, c’était mon amant.

Il y a une décennie, on téléchargeait les chansons une par une. Quand tu tombais sur une personne possédant toutes les tounes d’un album, voire d’un groupe, tu ne la lâchais pas! C’était ton précieux le temps de quelques transferts. J’avais 4000 mp3 pis j’étais heureux! Mais il faut dire qu’à cette époque, avoir un disque dur de 30G, c’était de la bombe.

Je partageais moi-même ma discothèque numérique sur Napster et j’avais même démarré un canal sur IRC pour ça, avec les fameuses commandes !Boris Grimskunk – Gros tas.mp3 (ou quelque chose comme ça, ça fait quand même 10 ans…). Crinqué que j’étais, je m’étais même bâti mon propre « robot » pour offrir toute c’te musique là. Mouais, je ne peux nier avoir un petit côté geek. Seuls les geeks de l’époque comprendront, d’ailleurs. Mais revenons au téléchargement.

Un jour, Napster a fermé. Deux ans plus tard, en juillet 2001. Pour moi, ce fut la fin du téléchargement. Ma morale a commencé à douter, les successeurs ne me plaisaient pas. Et un an plus tard, j’avais débuté à CIBL, ayant donc accès à une tonne musique.

On saute quelques années, jusqu’en juillet 2009, au moment où je m’achète un nouvel ordinateur. J’avais gardé le même depuis 1999!!! Une vraie joke. Quand je dis être « simplicité volontaire », je ne niaise pas.

Donc, j’ai un nouvel ordinateur capable de prendre les nouveaux logiciels et ayant plus d’espace dans ses disques durs. Et, surtout, j’habite à Fermont depuis 6 mois et j’ai diablement moins accès à des tonnes de disques et je n’en reçois pratiquement plus. Ma soif musicale ne disparait pas pour autant.

Cela fait quelques années que j’entends parler des torrents. Je m’informe un peu sur ça, j’essaie. Au début, je ne suis pas convaincu, mais rendu au troisième essai, alors là, je l’admets, j’adopte.

Je n’avais rien téléchargé depuis 2001. Là, je le fais en haute vitesse, des discographies complètes: c’est fou! J’ai l’impression d’être passé d’un coup de la Ford T à une Cadillac de l’année.

Ma morale me fait encore douter un peu, mais je crois au téléchargement. Certes, l’industrie doit rentrer dans son argent et j’ai passé assez d’années à couvrir et à nager dans ce milieu pour savoir comment il fonctionne. Et justement, certains artistes et surtout certaines maisons de disques gonflent le drame et l’impact des transferts sur Internet. C’est, à mes yeux, la même chose que les copies cassettes qu’on se passait, des amis et moi, mais à l’échelle mondiale.

Il y a des groupes comme Radiohead, NIN et même, icitte au Québec, Misteur Valaire, qui épousent mieux cette réalité que la plupart des acteurs de l’industrie.

Jean-François Mercier a fait un excellent monologue sur le piratage, lors du Gala des Oliviers 2008, on pogne ça sur YouTube icitte: youtube.com/watch?v=MIOhLqqEBwE.

Bref, j’ai redécouvert la joie du téléchargement, ce plaisir coupable.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s