FEQ: Jour 6

Tout le monde ne parlait que d’Indochine, hier soir. « Vas-tu voir Indochine? » et autres « Eille! Y’a Indochine à soir sur les Plaines » fusaient de partout. Même sur les ondes de CHYZ, la station de l’avant-garde! Ouais, d’accord, des millions de disques vendus et une forte influence sur la musique… mais bordel, y’avait Les Claypool au Parc de la Francophonie. Un gars qui trône parmi les meilleurs bassistes de la planète.

Toutefois, avant de faire place à la folie du bassiste de Primus, c’était Beast qui enflammait la scène. Le site bien rempli, mais pas débordant, était prêt à danser sous les beats du duo Goncalves-Bonifassi – qui devient quatuor sur les scènes. Le trip-hop a été entamé avec force, bourré d’énergie, s’emparant de la scène sans aucune gêne.

Bien que la performance de Beast soit près de l’impeccable, certaines pièces ne semblent pas tout à fait bien adaptées pour la scène et manquait ce petit quelque chose qui les démarquent sur l’album. Je ne suis pas un adepte des versions identiques aux disques, mais c’est normalement pour que la chanson ait un truc de plus. Néanmoins, ce n’est qu’un petit bémol très léger d’un gars qui écoutait plus qu’il ne dansait, comparativement à la foule enthousiaste qui a pu avoir un rappel. La musique de la bête est des plus efficaces.

Après un léger trente minutes ont embarqué la troupe de Les Claypool. De solides musiciens – percussions, batterie et violoncelle – se cachaient derrière les tuxedos et les masques leur donnant un air continuellement joyeux. Le bassiste californien aura lui-même sorti quatre instruments, parfois des plus étonnant, comme la fameuse Bassjo, un croisement entre un banjo et un basse, une conception spécialement faite suite à une demande de Claypool lui-même.

Au-delà de son jeu hallucinant sur ses basses ou sur sa contrebasse électrique, ce qui aura le plus étonné est étonnement son jeu de contrebassine, ce bâton droit armé d’une seule corde. Déguisé d’un masque de singe et se mouvant comme un singe, le roi de la basse aura fait tout un solo de contrebassine, jouant continuellement avec une clé, descendant ou remontant les notes. Je n’ai jamais vu quelqu’un jouer de la contrebassine de cette façon!

Mais il y a plus que le jeu de Claypool. Il y a ses deux percussionnistes qui nous offert un sacré jam, en solo. Il y a les relances avec le violoncelliste. Il y a toute cette ludique intelligence. On se retrouve dans un univers très différent de Primus, allant alors plus près d’un rock psychédélique tantôt, progressif ensuite ou simplement inclassable ou s’inspire d’un standard jazz. C’était beau et savoureux.

///

Ce soir s’entame le OFF, en plus des spectacles présentés au Festival d’été. Là, le casse-tête commence!

FEQ:
Final Flash (20h), Plants & Animals (21h) et Patrick Watson (22h) à la scène Molson Dry.
Coeur de Pirate à l’Impérial
The Carps au Cercle.

OFF:
Fou Bar // 17h30 // Lucien Midnight / 18h30 // Julie Doiron (solo)
AgitéE // 22h // Goreflex, Spacemak3r
Casbah // 23h30 // Franz Hoft
Studio P // 21h30 // Lucien Midnight / Frank Fuller / 22h // Night Owl / 23h // Julie Doiron (band)

En passant, le OFF, c’est gratos sauf 2 exceptions, pis sont pas ce soir. Plus de détails au quebecoff.org.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s